Isaparis75

Sous le Ciel de Paris, par Isabelle Esling

  • Archives:

  • Catégories

  • Accueil
  • > livre
  • > Fenêtres parisiennes, scènes de la vie quotidienne
13
avr 2014
Fenêtres parisiennes, scènes de la vie quotidienne
Posté dans livre par isaparis75 à 9:30 | Pas de réponses »

IMG_1909.JPG copy

 

 

Qu’elles soient longues, rectangulaires, avec des volets blancs ou bleus, assorties de rideaux ou non, en ogive ou situées dans un toit au 7 eme étage d’un grand immeuble parisien, les fenêtres parisiennes recèlent pas mal de mystères pour le simple passant, dont je fais partie.

Un passant ordinaire eut tôt fait de les oublier, mais l’écrivain que je suis se plait à les observer.

La décoration d’une fenêtre me révèle des détails sur l’occupant : un certain sens de l’esthétique et une main verte lorsque la végétation y est abondante.

J’aime lorsque la fenêtre est légèrement entrouverte et qu’elle me dévoile tour à tour, l’ombre d’une jeune femme, adossée a un bureau ou un homme dont le regard est perdu dans ses rêveries….j’imagine des Parisiens et des Parisiennes, contents de leur sort et jouissant d’une liberté infinie ou au contraire, prisonniers des lieux qu’ ils occupent et qui rêvent a une autre vie, en arpentant un spacieux appartement…

Quelquefois, mes yeux surprennent un couple d’amants qui s’embrassent goulument sans se savoir observés…

Ils se disent des gentillesses, se sourient, se regardent intensément, et tels des miroirs se reflètent dans une rencontre énigmatique de leurs âmes.

Fenêtres entrouvertes qui me dévoilent une dame de service passant l’aspirateur et nettoyant les vitres d’un geste rapide…tapisserie bleu pâle et meubles sombres qui seront astiquées d’ici cinq minutes…

Le soleil est mon complice, il m’illumine des recoins sombres d ou se dessine une petite tête blonde absorbé par un jeu et un chiot qui court dans tous les sens en mordillant un jouet…

Petite cuisine a rideau jaunes, qui caresse mes sens : on est en train d’y  préparer une jolie tarte aux pommes a la cannelle qui sera mangée par un petit écolier pour son quatre heures…

 

Mon imagination va encore divaguer, et m’emmener très loin…je ferai de ces ombres du matin ou du soir des personnages de roman. Peu à peu, ils prendront forme, leurs traits se préciseront, ils auront un nom et une histoire.

Chères fenêtres aux balcons en fer forgé ! Je n’ai pas fini de vous admirer. Vous etes une composante essentielle à mes flâneries et à mes créations.

 

Copyright© by Isabelle Esling

All Rights Reserved


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Le Marginal Magnifique |
Uneviedemots |
Quartlivre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La page de Taquilée
| margotlivre
| Couleurplume